vendredi 20 juin 2008

LA CHAMBRE AUX ÉCHOS


Ici, Richard Powers poursuit sa réflexion sur les responsabilités individuelles, la science et ses limites et le sens de l'histoire.

Tout commence comme dans un classique film américain à rebondissements. Une nuit, Mark est victime d'un accident. Il est laissé pour mort avec à côté de lui, une étrange note anonyme. Conduit à l'hôpital, il est veillé par Karine, sa sœur, obligée au vu des circonstances de revenir dans sa ville natale, quittée des années plus tôt. 
Mark est dans un coma profond. Un légume qui pourtant petit à petit va se réveiller, sortir de sa léthargie et réapprendre à vivre. Sauf qu'il ne reconnaît pas Karine. Il admet qu'elle est un sosie parfait de sa sœur mais diagnostiqué syndrome de Capgras, Mark est incapable d'associer les visages familiers aux émotions qu'il devrait ressentir. Karine fait alors intervenir le célèbre neurologue, Gerald Weber, qui va tenter avec difficulté de refaire le chemin des événements qui ont "provoqué" l'accident de Mark.

Ce roman lent et lourd de sens, écrit tout en subtilité et en savoirs, demande que l'on prenne le temps de le pénétrer. Le travail du lecteur s'assimile peu à peu à la quête de Karine et aux redécouvertes de Mark. Reconstruire son cerveau n'est pas une mince affaire et l'auteur avec un talent nous conduit par la main jusqu'à la fin de l'histoire et son étonnante surprise.

Judith Lossmann

La chambre aux échos de Richard Powers aux Éditions Le cherche Midi, 480 pages – 23 euros.
Enregistrer un commentaire