lundi 7 février 2011

NOUS ÉTIONS DES HOMMES de Gilles Legardinier



Fascinante énigme que celle des bambous qui fleurissent tous en même temps où qu'ils se trouvent sur la planète… Une clef pour comprendre la maladie d'Alzheimer !

Je l'adore ce Gilles Legardinier. Depuis son précédent roman "L'exil des anges" qui m'avait scotché (l'auteur appréciera l'allusion !).
Avec ce nouveau livre "Nous étions des hommes", les mêmes causes produisent les mêmes effets. On commence en se disant j'arrête à minuit et demi, puis à 1 heures moins vingt cinq on se donne jusqu'à 1h du matin. Et puis ça dure comme ç a jusqu'à ce que les yeux se ferment. C'est dire si le Sieur Legardinier sait nous tenir par la main et nous faire suivre ses voies.
Là, il a décidé de nous promener dans un monde de scientifiques, de chercheurs, de malades d'Alzheimer et dans le monde, si décrié en ce moment - des laboratoires pharmaceutiques et des brevets.
Sûr qu'avec Gilles Legardinier, le monde n'est pas celui des Bisounours ou de Candy chez Oui-oui. Pour le fric, personne - ou presque- ne recule devant le pire.
Un peu policier, un peu romantique (et oui quand même), un peu flippant (on va tous crever en perdant la tête) , un livre qui court très vite … histoire peut-être de devancer le destin…

Nous étions des hommes de Gilles Legardinier aux éditions Fleuve Noir, 18,90 €. Sortie le 13 janvier 2011
Enregistrer un commentaire