mardi 27 mai 2008

LA CELLULITE, C'EST COMME LA MAFIA, CA N'EXISTE PAS


Voici le "bio-roman" qui a fait se bidonner toute l'Italie…

Dieu qu'elle est méchante ! Parfois inutilement. D'ailleurs, elle signe Pulsatilla, un pseudonyme, en hommage au remède homéopathique prescrit contre ses accès de méchanceté. On tient là, la preuve que l'homéopathie demeure une médecine douce tant la méchanceté, ici, est toujours bien présente. Elle est même propulsée au rang d'une science ou … d'un art de vivre !
En tout état de cause, il faut reconnaître à l'auteure un talent certain pour les "détestations" de tous bords. Rien n'échappe à son œil laser et à sa désespérance. Dans le désordre, on retiendra ses diatribes sur les culottes, la forme des zizis, l'épilation, les garçons, les rencontres sur internet, les régimes, les créatifs de pub, …

Une petite fille, trop vite grandie. C'est triste. Heureusement que son autodérision la sauve. Drôle, je ne sais pas, sans doute ne suis-je pas assez italienne …mais absolument transgressif !

La cellulite, c'est comme la mafia, ça n'existe pas de Pulsatilla aux É ditions Au Diable Vauvert – 259 pages – 17 euros
Enregistrer un commentaire